La relecture de sa traduction fait partie intégrante du travail du traducteur. Même s’il maîtrise parfaitement sa langue maternelle et la langue de la version ou du thème, le spécialiste de la traduction relit ses textes afin de les vérifier et de les peaufiner. Voici 5 étapes simples pour relire son travail et obtenir des traductions dignes de professionnels.

1.  Comparer le texte original et la traduction

La révision du texte traduit est une étape indispensable lorsque l’on effectue une traduction. Vérifier un texte traduit lorsque l’on est fatigué et peu concentré n’est pas une bonne idée et il est aussi préférable de s’aérer l’esprit entre la traduction et la relecture, afin de l’aborder avec un œil neuf. En comparant le texte original avec sa traduction, on détecte et on corrige les erreurs de sens, les omissions et les inexactitudes. Le traducteur s’assure alors de restituer fidèlement les idées  développées dans le texte original ainsi que le ton adopté par l’auteur du texte. Il s’agit d’un principe essentiel en traduction, même s’il n’existe pas une mais toujours plusieurs façons de traduire un texte.

2.  Se détacher du mot-à-mot

La relecture permet également de vérifier que le texte traduit, qui reste fidèle à la signification du texte original, n’est pas une simple traduction mot-à-mot du document original. Les mots, tournures de phrases et expressions doivent correspondre à ceux couramment usités dans la langue cible, et sembler naturels. À l’oreille, le texte traduit doit ressembler à un texte directement écrit par un natif dans sa langue maternelle.

3.  Peaufiner la fluidité

La relecture d’un document traduit permet d’appréhender le texte dans son ensemble : ainsi, on peut corriger des phrases quelquefois trop lourdes, harmoniser la terminologie, et fluidifier le texte pour le rendre plus agréable à lire sans tronquer les idées contenues dans le document original ni les modifier. C’est aussi à l’occasion de cette étape que l’on ajoute de la précision au texte traduit, en remplaçant certains mots pour leur en préférer d’autres qui sont plus exacts.

4.  Porter une attention particulière aux chiffres et aux noms

Dans les traductions, il est important de vérifier tout particulièrement les dates, les chiffres ainsi que les noms de personnes ou de lieux. Par exemple, la forme dans laquelle sont écrites les dates peut changer d’une  langue à l’autre.  

En plus d’utiliser un correcteur orthographique, il est indispensable de vérifier au moindre doute les règles de grammaire applicables ou encore l’orthographe d’un mot.

5.  Vérifier les termes techniques et les mots nouveaux

Même lorsque l’on traduit régulièrement des textes, on trouve parfois des mots dont on n’est pas sûr de la traduction, notamment à l’intérieur d’une expression ou dans un contexte particulier. Il est toujours utile de vérifier la définition du mot dans la langue source, puis de rechercher des traductions de ce mot au sein de cette expression ou de ce contexte particulier. En recoupant les informations, il est généralement possible de s’assurer du sens précis du mot et de trouver son équivalent dans la langue cible.

Une fois sa traduction effectuée, le traducteur, qu’il soit professionnel ou non, prend le temps nécessaire pour relire sa traduction. Il vérifie le texte traduit, le perfectionne et corrige ses erreurs éventuelles.

Une étape incontournable à réaliser à tête reposée et sans contrainte de temps afin de garantir un travail d’une qualité irréprochable.

Share on…