Essentielle pour viser les marchés à l’export, la traduction commerciale est souvent considérée à tort comme plus facile que la traduction technique. Pourtant, elle exige un soin particulier et des connaissances pointues aussi bien dans le domaine du marketing que des ventes.

Les enjeux de la traduction commerciale

Il ne suffit pas d’avoir un produit concurrentiel et de qualité pour développer ses exportations. Encore faut-il disposer d’une logistique et d’une communication qui tiennent la route. Car ce que voient les interlocuteurs étrangers, ce sont les messages et l’image de la société qui sont transmis au travers des documents, du site internet et des publicités.

À l’heure de la mondialisation, il est inconcevable de se recentrer uniquement sur son marché local, lui-même soumis à la concurrence étrangère. Pour conquérir de nouveaux marchés, les entreprises doivent retravailler leurs messages dans la langue des pays ciblés pour parvenir à vendre leurs produits. Une traduction commerciale de qualité doit adapter le ton des productions éditoriales aux régionalismes de la langue et au public du marché visé. Sans cela, il est impossible d’établir des partenariats ou des relations avec des institutions, des organisations ou des clients ou encore d’optimiser la présence de l’entreprise sur un salon ou dans une foire.

La traduction commerciale exige une grande polyvalence

La traduction commerciale, qui touche aussi les domaines du marketing et de la publicité, concerne un grand nombre de documents très différents les uns des autres. Ce sont notamment des documents commerciaux et administratifs tels que :

  • Des factures, des offres commerciales, des contrats, des correspondances, des courriels, des documents de transport, des instruments douaniers
  • Des présentations de sociétés
  • Des brochures marketing et de communication
  • Des plaquettes commerciales et des catalogues
  • Des newsletters
  • Des étiquettes
  • Des slogans et des supports publicitaires
  • Des communiqués et dossiers de presse
  • Des sites internet
  • Des dépliants
  • Des briefings
  • Des questionnaires de satisfaction
  • Des guides d’utilisation des produits.

Une adaptation plus qu’une traduction

De préférence, on fera appel à un natif qui connaît sa langue maternelle en profondeur et  pourra déjouer les pièges que peut contenir une traduction commerciale. Mais les qualités du traducteur commercial vont au-delà des compétences linguistiques. Bien sûr, le spécialiste maîtrise le vocabulaire qui est utilisé dans le domaine car il consulte de manière fréquente des banques de données terminologiques et des glossaires spécifiques qui sont continuellement mis à jour. Il peut aussi arriver que le client demande l’emploi d’une terminologie et d’un ton spécifique, notamment en matière de contenus publicitaires.

Le traducteur doit aussi faire preuve d’une grande créativité pour trouver le moyen d’adapter le mieux possible le texte au pays cible, et c’est là la principale difficulté de la traduction commerciale. Prenons le cas d’une publicité ou d’un slogan comportant un jeu de mots. Plus qu’une traduction, la véritable tâche du traducteur va consister à retravailler le texte dans la langue cible pour répondre aux attentes culturelles du public visé, en transmettant toutes les nuances du message dans la langue cible. Étant donné l’ampleur des enjeux, il est toujours préférable de faire contrôler le texte traduit par un second traducteur expert du domaine.

Une communication efficace contribue à asseoir la réputation et l’image d’une entreprise à l’échelle nationale, mais aussi lorsqu’elle exporte : d’où l’importance d’avoir des traductions commerciales de qualité. Seul un traducteur confirmé et spécialisé en traduction commerciale sera en mesure de restituer fidèlement le message écrit dans la langue source tout en l’adaptant à la terminologie du domaine, et aux us et coutumes de la langue cible.

Share on…